18.10.10

Moïra et la féminité en question...

Dans la catégorie bien remplie des questions existentielles de Moïra, il y en a une qui décidément est vraiment récurrente:

C'est la définition que je me donne de la féminité.

Voilà une notion encore bien vague à mes yeux, qui prend tantôt de l'assurance, tantôt me fait douter...

Ce n'est pas un secret, j'ai profité de la création de ce blog, afin de faire un travail sur moi-même, et surtout sur mon rapport à ma féminité...

1. La féminité, côté look.

Lorsqu'on parle de féminité, la première chose à laquelle on pense, enfin moi, ce sont les vêtements, le style.

Alors qu'une partie de moi se rêverait aussi apprêtée que Marilyn Monroe, voire même Dita Von Teese:



Et que mon côté d'hypercontrôlante bave d'envie en apprenant (depuis longtemps) que ces dames passent des heures à se préparer avant chaque sortie, il faut bien avouer que ma réalité est tout autre:

Non, je ne fais pas partie de ces femmes qui se mettent sur leur 31, même pour aller acheter une baguette de pain (façon de parler, puisque je ne mange pas de pain! ^^ )

Je suis pudique, je ne vous montrerais pas de photos de moi lors de mon adolescence, qui plus est, la période de vilain petit canard que je connûs aux alentours des 13-14 ans... Pour tout vous dire, mes adorables copains de classe me surnommaient alors "Bouli", rapport au bonhomme de neige du dessin animé, et ça n'était pas des plus agréables en soi...

Cependant, à cet âge-là, je découvrais alors ce qui devait devenir ma fringue fétiche, mon uniforme quotidien: le jean !
Pour tout vous dire, si je compte tous ceux que j'ai dans ma garde-robe, garde-robe qui s'est bien allégée grâce aux périodes de régime, ou de disette du porte-monnaie, j'en ai quand même une bonne dizaine...

Les pantalons habillés, à pinces, smoking, à rayures tennis, j'aime ça aussi, et il y en a encore 3 ou 4 dans mon armoire, mais que je garde plus par dépit, car ils sont désormais trop larges et importables, puisque ce sont des tailles 42.
Ben oui, au fur et à mesure que les kilos partent, je fais un bon 38 à présent... Certains sont encore neufs, et justement, j'ai du mal à m'en séparer...

Bref, moi au quotidien, c'est plutôt ça:


La saison froide arrivant, j'ai ressorti mes pulls, blouson en cuir que j'adore, foulards et bottines... Ça peut être éventuellement ça aussi:


Dans l'idée bien sûr, car autant que le jean déchiré et destroy puisse être à la mode, je ne peux plus en porter, j'ai définitivement passé ma période grunge...


Ou bien ça: mon chéri au bras (très bon accessoire anti-drague, également!^^ ), des lunettes de soleil par temps ensoleillé, même si le thermomètre n'indique pas de température élevée... Pas pour me la jouer starlette à mes heures perdues, mais plutôt parce que la lumière vive et mes yeux ne sont pas très copains dans la vraie vie...

Alors je vous l'accorde: sur moi, l'ensemble jean + pull + cuir n'a pas autant de classe que sur Miss Knightley ou Madame Cruise, tout simplement parce que mes vêtements à moi proviennent d'abord de chez Kiabi, H&M ou Camaïeu...
Pas le même effet qu'un pull en cachemire, ou qu'une autre belle matière luxueuse...

Et puis, il me manque un IT-bag, pour glamouriser l'ensemble...

Mais dans le fond, les pulls basiques de Camaïeu, ceux qu'on trouve actuellement empilés sur les tables du magasin, à 14 ou 19€, me conviennent plutôt bien: les coupes sont basiques, et la matière, bien entretenue, les fait durer 2 ou 3 ans, sans aucun souci.

Serais-je alors une femme Birkin?

Ben oui, je me pose la question, car en grande adepte de l'uniforme jean + pull, la plus connue reste incontestablement Jane Birkin...


Là encore, cela n'a pas la même classe que sur elle, ni cachemire, ni silhouette androgyne pour moi...

Mais comme je remarque que je suis également fan de quelques tenues de sa fille Charlotte, que je me damnerais pour des vêtements Darel, je peux me poser la question...

Question qui m'est venue naturellement à l'esprit en rédigeant ce billet, car je pensais à autre chose:
Le sac de mes rêves...

Je viens d'en parler, un IT-bag, ça peut sauver une tenue... Et moi, les sacs, j'aime garder le même genre pendant plusieurs mois, voire plusieurs saisons d'affilée... Autant par question de goût que par question de moyens...

Et ces derniers temps, plutôt que de craquer pour des modèles à petits prix que j'achète dans le même magasin que mes fringues, j'avais envie d'un vrai sac en cuir...
Cet été, j'ai eu le coup de foudre pour un sac Texier, pas la marque la plus chère, mais tout de même assez chère pour être vraiment au-dessus de mes moyens...
J'en pince pour le sac modèle Vendôme, de leur dernière collection hiver:


Un joli petit sac de dame, tout à fait mon style, pour la modique somme de 230€ tout de même.. Arghhh... Je rêve...

Et c'est l'oeil avisé de Tony, à qui j'avais montré l'objet de mes rêves, qui me dit un jour de juillet: "Dis donc, dans la page "luxe" de tel magazine, j'ai vu un sac qui ressemblait drôlement à celui que tu veux !!!"

Je jetais donc un oeil à ce sac, dans la section "luxe" dudit magazine... Et effectivement, Tony avait raison, car voilà le sac en question:


Un Birkin d'Hermès... Autant dire, carrément pas le même monde qu'un Vendôme question prix et disponibilité...

Moïra, une femme Birkin alors ? La question est là...

2. Côté maquillage et accessoires...

Ça n'est plus un secret, je suis une adepte du makeup nude. A mes yeux, rien de plus joli qu'un teint joliment travaillé, des ombres à paupières qui rehaussent subtilement le regard et des lèvres bien hydratées.

Seule dérogation à laquelle je succombe de temps à autre, un smoky toujours dans des tons de taupe, que je dégrade au maximum, ou ces derniers temps, une bouche bien rouge.

Là aussi, j'ai fait du chemin: il y a encore 1 an, j'avouais volontiers ne malheureusement posséder aucun rouge à lèvres digne de ce nom.
Heureusement, la tendance femme fatale de cet automne-hiver a su étoffer mes tiroirs à maquillage, et ce sont à présent quelques 20 tubes de rouges à lèvres qui me donnent le choix de la couleur à porter.

Là aussi, savoir s'assumer en tant que femme m'a aidé à porter des couleurs plus vives. Jamais à 23 ans par exemple, ou bien même à 25, je n'aurais été capable d'arborer un vrai rouge en pleine journée !!!

N'oublions pas les accessoires.... Mmmh, je ne suis pas une femme très bijoux... Tony, par exemple, est beaucoup plus "bijoux" que moi: bagues, bracelets (tiens, il en porte un magnifique, que je lui ai offert pour notre premier Noël, un bracelet d'inspiration hindoue, que vous pouvez voir sur cette photo ), chaînes au cou et grigris... Un homme qui brille de mille feux !!!

Non, moi je suis plus sobre... A peine 1 bague au doigt, parfois un bracelet... Si je porte des boucles d'oreilles, je ne rajouterais pas de collier, et vice-versa.
De même que si mes cheveux sont lâchés, je porterais volontiers des pendants d'oreilles mais si je les relève en chignon, ce sont des "clous" d'oreille, des perles ou des brillants...
Finalement, c'est très codifié, tout ça...

Il y a aussi les accessoires cheveux: fleurs, bijoux, barrettes à strass et brillants... Là aussi, je reste dans la sobriété en ne misant que sur un bel accessoire à la fois... Mon credo: pas de surcharge...

Mais il y a autre chose que je pourrais classer dans la catégorie des accessoires et du maquillage: ce sont les tatouages...
Pour le moment, j'en déclare 4, dont 3 qui peuvent cachés à loisir...
En projet depuis une dizaine d'années cependant, un dos entier sur le thème des anges déchus, de la pureté, de la singularité.
J'ai une idée bien précise en tête, un dessin (un flash) créé et remanié par mes soins... Me reste à trouver LE tatoueur, et le financement...
L'idée ne m'a jamais quittée, durant toutes ces années, et je me plais à m'imaginer, portant enfin ce tatouage ardemment désiré, un pull en cachemire flottant sur mes épaules et dont l'encolure élargie laissierait apparaître le haut du dessin près de ma nuque, mes cheveux blonds relevés en un chignon désordonné...

3. Question attitude.

Peut-être est-ce là finalement, mon plus gros embarras dans cette histoire de féminité...

Si vous demandez à mon Tony ce qu'est pour lui une femme féminine, après vous avoir répondu déjà qu'elle ressemble à Kate Beckinsale ou Eva Mendes, il vous dira qu'une femme féminine, donc, est une femme qui sait être dans la retenue et la discrétion. Une femme classe, quoi.

Et moi, au risque de casser une réputation, j'aime autant vous avouer que chez moi, je suis plus proche de la princesse Fiona, que de Grace de Monaco par exemple...

Sans doute un de mes plus gros complexes... J'ai bien essayé de travailler dessus, mais je suis comme ça, nature et spontanée!
Je m'adapte énormément en fait à ce qui m'entoure: une soirée mondaine et me voilà tout en beau verbe et belles manières.
Un après-midi entre filles, et l'on a vite fait de glisser dans les confidences comme seules les femmes savent s'en faire entre elles!

Bref, et c'est finalement peut-être une qualité, je m'adapte aux gens que je rencontre, sans doute dans l'optique de les mettre à l'aise...

J'aurais adoré être l'une de ces poupées ultra-féminines que je peux parfois rencontrer, mais là n'est pas l'image que j'ai de moi-même, et sans doute suis-je un peu trop dure avec moi. Qui sait?

Après tout, on est jamais satisfaite de ce que l'on a, ni bien sûr, de ce que l'on peut être. Comme je le disais plus haut, mon côté hyper-contrôlant me pousse à rechercher la perfection tandis que ma nature me dit de laisser faire les choses...
C'est comme ça, je trouverais toujours à regretter d'avoir fait ou dit telle ou telle chose, dans telle situation...

Bon alors, Moïra, tu en es où, dans ta quête de la féminité?

J'avance, les amis, j'avance !!! Décidément, pour certaines personnes dont je fais partie, l'acceptation de soi est un long chemin...

Si je continue à baver d'admiration devant des demoiselles comme Ulrika du blog The Freelancer's Fashion Blog, Esme and The Lane Way, ou bien même mon amie Athena, qui commence à maîtriser le look pin-up comme personne, force est d'admettre que pour moi, avoir un tel style ne m'est pas inné... Pas que cela ne me convienne pas, mais tout simplement, j'aurais du mal à le porter au quotidien en me sentant à mon aise...

A vrai dire, côté look, je me sens bien plus proche du total look parisien! Couleurs neutres, un style apparemment sans prise de tête mais réfléchi, décontracté tout en restant classe...
Et je travaille à améliorer tout ça...

Dernière lubie pour cet hiver:


Une paire de Doc Martens couleur "sang de boeuf", comme les vraies de vraies, les classiques... (quoique les modèles Vonda ou Mel Tana Slouch me tentent énormément également... )
Aaah les Doc, j'en ai porté au collège, c'était la mode, c'était la chaussure à avoir, et on en voyait de tous les styles...
Et puis dernièrement, discutant avec Dita Makeup ou Julia de Bazar de fille (qui s'est offert une magnifique paire de Docs en 20 trous...), entre autres du fait que je ne peux pas porter de chaussures à talons à cause de mon pied gauche, ces 2 shoes-addicts m'ont redonné envie d'avoir une paire de Doc...

Côté attitude, ma foi, c'est peut-être là encore qu'il me reste le plus de travail à faire, pour m'accepter, moi telle que je suis, telle que je peux être... Arrêter de vouloir être parfaite... M'autoriser enfin à être ce que je suis, une femme pas tout le temps au top, pas forcément appréciée de tout le monde, mais bien dans ses Doc baskets ...

The story goes on....

Et vous, mes lectrices, quel est votre rapport à votre féminité? Comment l'avez-vous construite? Je serais vraiment ravie de lire vos témoignages soit dans les commentaires, si vous le souhaitez, soit par mail, si vous souhaitez quel cela reste entre vous et moi.
C'est vraiment une question qui me passionne, et me fait beaucoup réfléchir. Donc n'hésitez pas à me raconter tout cela !!!

Bisous à vous !!! ♥


PS: à toutes les amoureuses du jeans comme moi, à priori il faut en profiter maintenant, car vu la hausse du cours du coton ces derniers mois, dû aux catastrophes naturelles qu'ont connu la Chine et le Pakistan cette année, le prix des jeans ( bon marché ces dernières années) risque de s'envoler légèrement... Et flûte pour nous autres... -__-

3 commentaires:

AthenaSakura a dit…

Joli billet.
Tu sais, il n'y a que depuis peu que j'arrive à me sentir féminine. Jeans et pulls furent mon uniforme depuis longtemps. Mais, il y a féminité, glamour, sexy, plein d'étiquettes qu'il n'est pas forcément utile de se coller tu ne crois pas ?

Et les jours où je ne peux pas porter de talons, c'est Doc ici aussi !

Malicia a dit…

Trouver sa féminité n'est pas facile, j'ai eu de nombreux problèmes à cause de ça durant des années : trop spontanée, trop extravertie, pas assez délicate, trop si, pas assez là... c'est "mon premier" qui m'a initiée vraiment à la féminité.. et fait découvert la partie la plus femme de moi ;)

Sephrenia a dit…

Je pense que tout ça n'est ni une question de tenue, ni de coiffure ni de classe ou pas, mais de confiance. Exemple bête: Ripley dans alien, en culotte en coton et débardeur. Elle dégouline de sexyness alors que bon, on a fait plus hot en terme de sous-vêtement. Si tu te sens féminine tu l'es. Je connais des tas de fille qui ne se sentent absolument pas obligées de se maquiller ou de porter des talons et qui sont ultra féminine quand même.